118 défenses d’éléphants saisies au Cameroun

0

Cent dix-huit défenses d’éléphants ont été saisies à Ambam, dans le sud du Cameroun, haut lieu du trafic d’ivoire près de la frontière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale, a annoncé Jean-Claude Ekoube, responsable de la communication des douanes camerounaises.

Avec près de 675 kilos récupérés, “cette saisie est la plus importante au Cameroun en terme de quantité depuis cinq ans”, a-t-il indiqué.

L’ivoire, en provenance du Gabon, était transporté dans une fourgonnette à double fond, véhiculant également du bois, selon un reportage de la télévision d’État camerounaise.

Il devait ensuite faire route vers l’Asie, selon la douane camerounaise.

“Quatre trafiquants, trois Camerounais et un Gabonais, ont été interpellés avec cette cargaison”, a précisé M.Ekoube.

Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale, héberge près de 60% des éléphants de forêt qui subsistent en Afrique.

Le commerce illégal d’ivoire est la troisième forme de trafic la plus rentable après les stupéfiants et les armes.

Le trafic est alimenté par une forte demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d’éléphants sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation, malgré un moratoire sur son commerce international décidé en 1989. L’ivoire peut être revendu jusqu’à 7.000 euros le kilo.

Partager.

Laisser un commentaire