Un pétrolier britannique arraisonné dans le détroit d’Ormuz par l’Iran

0

L’Iran a prévenu dimanche que le sort du pétrolier battant pavillon britannique qu’il a arraisonné dépendrait de la bonne collaboration de l’équipage à l’enquête, alors que Londres a récusé la version iranienne de l’incident survenu deux jours auparavant dans le stratégique détroit d’Ormuz. Soupçonnés de « non-respect du code maritime international », le Stena Impero et ses 23 membres d’équipage sont retenus au large du port de Bandar Abbas, dans le sud de l’Iran.

« L’enquête dépend de la coopération des membres d’équipage du vaisseau et aussi de notre accès aux preuves nécessaires pour examiner l’affaire », a déclaré Allah-Morad Afifipour, directeur général de l’Autorité portuaire et maritime locale. Ils « sont en bonne santé », a-t-il ajouté. A Riga, le ministère letton des Affaires étrangères a indiqué que les autorités iraniennes avaient rejeté les demandes de prise de contact avec un Letton présent à bord.

Propriété d’un armateur suédois, le pétrolier a été arraisonné vendredi par les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique iranienne. Selon Téhéran, le navire est « entré en collision avec un bateau de pêche » et les autorités iraniennes ont ouvert une enquête sur les « britannique arraisonné dans le détroit d’Ormuz l’accident.

Londres a récusé dimanche cette version, dans un courrier adressé à l’ONU.

L’Iran « prétend » que le pétrolier « est entré dans le détroit d’Ormuz par la sortie et qu’il ne répondait pas aux messages d’avertissement », écrit l’ambassadeur adjoint du Royaume-Uni à l’ONU, Jonathan Allen. « Il n’y a aucune preuve en ce sens et même si c’est arrivé, la localisation du Stena Impera dans les eaux territoriales d’Oman signifie que l’Iran n’avait pas le droit de l’intercepter ».

Jugeant l’arraisonnement « inacceptable », Londres avait exhorté samedi l’Iran à libérer le pétrolier.

Image par Free-Photos de Pixabay

Partager.

Laisser un commentaire