Tolérance zéro pour les spectateurs étrangers qui seraient tentés de fumer un joint pendant les Jeux olympiques de Tokyo

0

Les organisateurs des Jeux Olympiques 2020 au Japon ont rappelé mardi la législation très sévère du Japon en matière d’usage de stupéfiants.

« Il y a des pays et des régions du monde qui ont récemment assoupli leurs règles sur l’usage du cannabis, mais au Japon, l’usage de cette substance constitue une violation de la loi et cela doit être bien compris », a souligné le président de Tokyo-2020, Toshiro Muto.

Dans l’archipel, la possession et l’usage de cannabis sont passibles de cinq ans de prison et de sept ans dans le cas de trafic.

Les autorités n’hésitent pas à médiatiser fortement les cas de personnalités arrêtées pour usage de stupéfiants afin de dissuader le public de s’y adonner. Plusieurs artistes ont été arrêtés devant les caméras et placés des années au ban de la société pour en avoir consommé.

Récemment, un ex-membre du populaire groupe de musique Kat-Tun a été interpellé et placé en détention pour possession de marijuana. Il a été placé en garde à vue plusieurs semaines et inculpé avant d’être libéré moyennant le paiement d’une caution de 3 millions de yens (24.000 euros).

Près de 20% des personnes incarcérées au centre de détention de Tokyo (dont des étrangers) le sont pour des délits relatifs aux stupéfiants, selon le directeur du site.

Partager.

Laisser un commentaire