Les Ecossais anticipent les effets d’un Brexit no deal pour leurs exportations vers l’Union Européenne

0

L’Ecosse entend sécuriser entre autres ses livraisons de whisky et de produits forestiers entre autres vers le continent européen. Pour cela , il est prévu de créer une alternative à la liaison par ferry entre Douvres et Calais qui risque de devenir périlleuse dès l’entrée en vigueur du Brexit avec l’éventuel rétablissement de droits de douane, les Ecossais veulent mettre en place une nouvelle route maritime entre le port de Rosyth qui dessert Edimbourg, et le port néerlandais de Eemshaven dans le nord des Pays-Bas. Doté d’infrastructures logistiques tentaculaires, le port de Eemshaven est une porte d’entrée de marchandises en Europe permettant de desservir l’Allemagne, le Danemark et l’Italie. Les exportations de whisky écossais portent sur quelque 5 milliards d’euros par an, dont 30 % sont à destination des marchés européens. 

«La situation politique est à l’heure actuelle incertaine. Les autorités écossaises approuvent donc le projet de mettre en place une alternative à l’acheminement de produits à partir des ports du Sud de l’Angleterre », commente Margaret Simpson de la fédération du transport de marchandises britannique FTA. Jusqu’en 2010, le port écossais de Rosyth était relié à l’Europe grâce à une liaison ferry avec Anvers. 

Selon les négociations en cours, l’armateur Stena Line serait la compagnie de ferry susceptible d’affréter ses navires pour assurer cette nouvelle liaison qui relierait l’Ecosse aux Pays-Bas en vingt heures de traversée. Outre des marchandises, les ferrys pourraient aussi assurer le transport de personnes et d’automobiles. 

Image par mentrea de Pixabay

Partager.

Laisser un commentaire